vol-au-vent (bouchée à la reine)

Ingrédients

Recette pour : 8 personne(s)

1 kg d'épaule de veau, 4 cuisses de poulet, 1 carotte, 1 oignon, 1 bouquet garni  (thym, laurier, persil), 200g de quenelle nature, 200g de champignons entiers, 80g de Maïzena, 25cL de vin blanc sec, 25cL de lait demi-écrémé, 1 cube de bouillon de poule dégraissé  (pour 1Litre), poivre, 8 feuilletés pour vol-au-vent

Préparation

Faire cuire l'épaule de veau, les cuisses de poulet, la carotte épluchée, l'oignon entier, le bouquet garni dans une casserole recouverte d'eau. Ajouter le bouillon cube après les premiers frémissements.  Couvrir et laisser mijoter pendant 1h à 1h15 (piquer la viande avec une fourchette, la viande doit pouvoir se retirer facilement). Retirer du feu, laisser refroidir un peu et passer le bouillon dans un chinois. Laver et émincer les champignons en lamelles. Dans une casserole, déposer la Maïzena, la mouiller avec le bouillon (500mL), le vin blanc et le lait  et faire chauffer sur feu moyen sans cesser de remuer à l'aide d'une cuillère en bois ou d'un fouet.  Laisser cuire 10 minutes environ le temps que la sauce blanche épaississe. Désosser les cuisses de poulet, couper le poulet et l'épaule de veau en petits cubes, et les quenelles en rondelles, puis les déposer dans la sauce blanche. Ajouter également les champignons. Assaisonner (poivre, muscade). Réserver sur feu doux le temps de dresser les assiettes. Faire chauffer le four à 160°C. Ouvrir les vol-au-vent en découpant le "centre" à l'aide d'un couteau, et les déposer sur la plaque du four (recouverte de papier cuisson). Chauffer pendant 8 à 10 minutes maximum puis servir. ASTUCE de la diététicienne nutritionniste Pour éviter d'associer des féculents à cette recette traditionnelle, il est possible de râper un chou fleur et de le faire cuire à la vapeur pendant 5 à 8 minutes pour remplacer le riz. N'hésitez pas également à rajouter quelques lamelles de brocoli (coupées à la mandoline) pour égayer, colorer votre assiette ! Baeckeoffe UN PEU D’HISTOIRE…. Le terme « baeckeoffe » ou « baeckeoffa » selon les endroits signifie littéralement « four du boulanger ». les jours de lessive, on portait la terrine tôt le matin chez le boulanger du village alsacien, et il la glissait dans son four une fois sa fournée de pain terminée. La chaleur résiduelle était suffisante pour le cuire lentement et le « baeckeoffe » était prêt au retour du lavoir.